Guides & Conseils   |  


La rentrée approche à grands pas et ce n’est pas toujours simple de gérer le quotidien à l’école et à la cantine lorsque nous avons un enfant souffrant d’allergies alimentaires. Si vous êtes dans cette situation, vous avez la possibilité de demander un Projet d’Accueil Individualisé (PAI)… mais qu’est-ce le PAI ? Pour qui ? Comment le mettre en place ?

Le Petit Minotier vous éclaire sur ce sujet pour savoir en quoi cela consiste, pour qui et surtout comment le mettre en place.

1. Qu’est ce que le Projet d’Accueil Individualisé ?

Le Projet d’Accueil Individualisé (PAI) est un document écrit précisant les adaptations à apporter à la vie de l’enfant ou de l’adolescent que ce soit à la crèche, à l’école, au collège, au lycée et même au centre de loisirs.

Ce Projet d’Accueil Individualisé (PAI) concerne les enfants et adolescents ayant des troubles de la santé comme des allergies, des pathologies chroniques (de l’asthme ou du diabète par exemple) ou des intolérances alimentaires. Ce dispositif permet aux jeunes de suivre une scolarité en milieu ordinaire grâce à des aménagements d’horaires, des aménagements spécifiques (en cours d’EPS et des sorties scolaires), des modalités d’administration d’un traitement médicamenteux, d’un protocole de soins d’urgences ou d’une adaptation du régime alimentaire.

2. Le projet d’accueil individualisé : pour qui ? Et comment le mettre en place ?

Dans un premier temps, il est nécessaire de préciser les besoins de l’enfant avec une ordonnance rédigée par son médecin traitant. Cette ordonnance sera ensuite transmise au médecin scolaire puis les informations seront remontées auprès du directeur de l’établissement et des enseignants.

La plupart du temps, c’est la famille ou le représentant légal qui demande la mise en place du PAI directement auprès du chef d’établissement. Il est cependant possible que cette demande provienne directement du chef d’établissement mais l’accord des parents est obligatoire pour sa mise en place.

Le PAI concerne tous les enfants qui suivent un régime alimentaire particulier, ceux qui doivent prendre un traitement mais également ceux qui nécessitent d’aménagements spécifiques. Cependant, en France, aucune loi n’oblige à accepter la mise en place d’un PAI : il est possible de recevoir un refus suite à cette demande.

L’AFPSSU (Association Française de Promotion de la Santé dans l’environnement Scolaire et Universitaire) milite pour mieux intégrer les enfants dont l’accueil nécessite un aménagement spécifique. En effet, selon l’association le refus d’une demande de PAI renvoi à une discrimination et il est possible soit d’obtenir une concertation avec la collectivité locale soit de saisir le défenseur des droits qui rappel, dans un de leur rapport, l’égal accès des enfants à la cantine.

Nous vous rappelons également qu’en cas d'acceptation du PAI, il est essentiel de renouveler chaque année cette ordonnance et ce PAI pour que votre enfant continue d’en bénéficier.

3. Qui est concerné par ce Projet d’Accueil Individualisé ?

Le rôle principal dans la mise en place et la continuité de ce Projet d’Accueil Individualisé sera celui du médecin scolaire. En effet, il aura pour mission d’expliquer précisément les prescriptions et les gestes à effectuer en cas d’urgence.
Le document PAI unique précise le rôle de chacune des parties et tout le monde est tenu de le signer. Évidemment, aucun diagnostic ne figure sur ce document afin de préserver et respecter le secret médical. 

N’hésitez pas à vous munir de la circulaire 2003-135 qui précise toutes les modalités, le rôle et les responsabilités de chacun qui vous permettra d’aborder facilement la nouvelle année scolaire avec la mise en place du PAI.

4. Dans quels cas le Projet d’Accueil Individualisé est-il applicable ?

Dans le cadre d'une allergie alimentaire, le Projet d'Accueil Individualisé permet, par exemple ,à l’enfant de prendre son repas avec ses camarades sans l’exclure. Grâce à ce dispositif, et par exemple en cas d’intolérance au gluten, la restauration collective est possible avec deux options :
- Le service de restauration fournit un repas sans gluten en faisant appel à un prestataire extérieur
- La famille prépare directement un panier-repas, qui reste sous l’entière responsabilité de la préparation à la consommation, de la famille. Dans ce cas, le PAI doit préciser les modalités de transport, stockage et consommation.


Attention, il est possible que la restauration de l’établissement scolaire n’accepte pas cette demande de PAI : il sera donc nécessaire de préparer un panier repas pour chaque midi.
Renseignez vous également auprès de la cantine scolaire pour connaître les menus de la semaine à l’avance pour vous en rapprocher le plus possible en changeant uniquement avec une alternative sans gluten.

Evidemment, si vous avez du mal à mettre en place cette demande de PAI, n’hésitez pas à demander de l’aide et des conseils auprès de l’AFDIAG ou de l’AFPSSU (Association Française de Promotion de la Santé dans l’environnement Scolaire et Universitaire).






N'hésitez pas à faire appel à un diététicien un nutritionniste pour vous aider à confectionner des plats sains et variés sans gluten.
Pour une question de pratique, n’hésitez pas à préparer les repas de votre enfant à l’avance et en grande quantité afin de les congeler et de les ressortir au moment venu. 

Il en est de même avec les goûters prévus à l’école. Si toute l’équipe pédagogique est au courant des allergies alimentaires concernant votre enfant, il sera plus facilement possible d’anticiper et donc de préparer le goûter en version sans gluten à l’avance pour que votre enfant profite au mieux de ce moment convivial.

Alors, plus serein pour aborder la prochaine rentrée ? Que diriez-vous d’un délicieux pain Petit Minotier pour accompagner le repas de votre enfant ? Et pour le goûter ? On déguste un petit pain au chocolat

Partager cette page